– ACTU – MISE A JOUR DU 16/09/2020 –

Le Ministère de la Santé a mis en ligne un arbre décisionnel pour savoir dans quelles situations s’isoler ou se faire tester. Il est disponible ici : https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/affiche_quel_comportement_adopter_-_isolement_test_que_faire.pdf

Ci-dessous l’article du 27 août, toujours d’actualité :

Face à la recrudescence de cas de COVID-19, voici les conduites à tenir si vous êtes confronté à une suspicion de cas, direct ou par contact interposé.

Plusieurs cas peuvent se présenter :

1- Un de vos salariés se présente au travail avec des symptômes évocateurs.
Dans ce cas de figure, appliquer les recommandations listées dans ce document. En résumé, il s’agit de :

  • L’isoler,
  • Appliquer les gestes barrières (masques notamment)
  • Evaluer s’il présente des signes de gravité,
  • Si oui, contacter le 15,
  • Si non, lui faire contacter son médecin traitant,
  • Organiser son retour à domicile en cas d’absence de signes de gravité.
  • Si une fois testé, il s’avère positif, vous serez contacté par la CPAM pour déterminer s’il a eu des contacts à risque dans l’entreprise.

2- Un de vos salariés n’a pas de symptômes, mais a été en contact avec quelqu’un qui est dépisté positif.

a. Qui vit sous le même toit
Vivre sous le même toit implique un risque de contamination élevé, il s’agit donc d’un contact dit « à risque ».
Le salarié doit s’isoler immédiatement. Il contacte son médecin traitant, pour pouvoir bénéficier d’un arrêt de travail si le télétravail est impossible.
La marche à suivre lui est expliquée dans ce document.
Pour l’entreprise, tant que le salarié n’est pas dépisté positif, les mesures à prendre sont les suivantes : Renforcement de l’application des gestes barrières, dont nettoyage des outils de travail partagés par ce salarié.
S’il est testé positif : Identifier les contacts de ce salarié dans le cadre de l’entreprise, et déterminer s’ils sont « à risque », ou « à risque négligeable ». Les contacts à risques seront contactés par la CPAM pour être placés en quatorzaine.
Vous pouvez contacter le SISTB pour vous aider à identifier les contacts à risque.
Définition des contacts à risque ici.

b. Qui ne vit pas sous le même toit
Si le salarié ne vit pas sous le même toit que la personne dépistée positif, il est tout de même nécessaire qu’il s’isole, et qu’il suive la même démarche décrite au point a. ci-dessus.
Ce qui différera, c’est le moment auquel il faudra se faire tester.

3- Un de vos salariés a été en contact avec quelqu’un qui a été en contact avec un cas dépisté positif.
Dans ce cas de figure, nous sommes plus éloignés dans la chaîne de transmission.
Pour le salarié, il est conseillé de contacter son médecin traitant pour évaluer en fonction de la nature des contacts, s’il est pertinent de s’isoler et de se faire tester.
Pour l’entreprise, Il est conseillé de renforcer l’application des gestes barrières, et de se tenir informé du résultat du test éventuel.

Si vous n’avez pas trouvé votre situation dans les cas exposés ci-dessus, contactez-nous !

Laurent Debacq, Ingénieur HSE, IPRP