A l’approche de l’été, vous êtes nombreux à nous interroger sur les risques sanitaires à utiliser les systèmes de climatisation ou de ventilation. Plusieurs cas peuvent se poser :

 

1/ Pour assainir l’air intérieur :

Dans le cadre de cette épidémie, mais également d’une manière plus générale, il est nécessaire d’aérer ou de ventiler les locaux.
Si ceux-ci sont équipés d’une VMC, c’est cette installation qui s’en charge. Bien vérifier que les entrées d’air des fenêtres et les bouches d’aération ne sont pas obstruées, et désactiver la fonction « recyclage » de l’air.
Dans le cas contraire, il faut aérer les pièces, 10 à 15 min, deux fois par jour au minimum.

2/ Pour rafraîchir l’air intérieur avec un système de climatisation individuel ou collectif :

  • Attention : ces système de climatisation ne remplacent ni l’aération ni la ventilation. Ils ont pour seule fonction de brasser l’air et de le refroidir (ils peuvent également le chauffer dans le cas des systèmes réversibles). Il est donc nécessaire d’aérer ou de ventiler en plus d’utiliser un système de climatisation.
  • Les unités intérieures filtrent l’air pour à la fois protéger l’appareil et, selon le filtre retenu, assainir l’atmosphère. Les filtres situés dans ces unités doivent être périodiquement retirés, nettoyés puis réinstallés. Ce nettoyage se fera conformément aux spécifications des fabricants avec au minimum l’utilisation d’un détergent.
    Remplacer périodiquement les filtres par des filtres neufs peut aussi contribuer à la qualité de l’air intérieur.
  • La maintenance globale des unités intérieures (nettoyage, désinfection) doit se faire régulièrement.
  • La fonction « recyclage » de l’air, lorsqu’elle existe, doit être désactivée.

→ Si la ventilation est conforme, les climatiseurs individuels bien dimensionnés et équipés de filtres performants permettent d’obtenir un air « filtré » qui fait baisser significativement la charge virale de la pièce et est donc moins contaminant si une ou plusieurs personnes infectées sont dans la pièce (source ARS PACA).

Par contre, le flux d’air émis par les unités intérieures du système de climatisation (splits ou unités terminales ou ventilo-convecteurs) a pour effet d’augmenter la distance de projection des micro-gouttelettes émises par la respiration des personnes présentes dans la pièce, neutralisant ainsi les distances de sécurité respectées par les occupants. Le port de masque grand public en tissu (70 % d’efficacité pour des particules de 3 µm) dans un espace clos permet de limiter les émissions de gouttelettes infectieuses, si on n’a pas l’assurance de l’absence de porteurs de virus dans l’espace de travail collectif (source Haut Conseil de la santé publique). Cela ne pose pas de problème si le local est fermé (pour éviter la diffusion de l’air et des possibles micro-gouttelettes dans les locaux adjacents), et occupé par une personne seule.

En conclusion, et en l’état actuel des connaissances, il est préconisé d’éviter de faire fonctionner les systèmes de climatisation (sauf pour un local occupé par un seul salarié) et de privilégier une organisation du travail permettant de travailler aux heures les plus fraîches.

3/ Pour brasser l’air intérieur à l’aide de ventilateurs mécaniques (qui permettent de donner une impression de rafraîchissement en cas de forte chaleur) :

Ces appareils auront pour seul effet de diffuser dans l’ensemble d’une pièce les micro-gouttelettes émises par les occupants en respirant. L’utilisation de tels ventilateurs dans une pièce occupée par plusieurs personnes aurait pour effet de rendre inopérante la distance de sécurité respectée entre ces mêmes personnes. Leur utilisation est donc à proscrire dans un local partagé par plusieurs salariés.

A contrario, il n’y a pas de contre-indication à leur utilisation dans des bureaux individuels fermés.

 

Pour plus d’informations, pour les différents systèmes de climatisation et la conduite à tenir envers ces équipements si un cas de COVID 19 est suspecté dans les locaux, voir la page dédiée sur le site de l’ARS PACA ici et voir l’avis du Haut Conseil de la Santé Publique du 6 mai (en pages 7 et 8) ici.

Pour les recommandation en matière d’aération ou de ventilation des locaux, voir les questions-réponses de l’INRS ici.

Solange Rouquié-Rivière, Ingénieur HSE, IPRP

 

Liens de l’article :

https://www.paca.ars.sante.fr/covid-19-recommandations-pour-la-ventilation-de-lair-interieur
https://www.hcsp.fr/Explore.cgi/AvisRapportsDomaine?clefr=817
http://www.inrs.fr/actualites/COVID-19-et-entreprises.html#e5d449a2-0775-4fe3-b7dd-85af30a4825c