Dans le cadre de cette épidémie, de nombreuses entreprises ont fait des stocks de gel hydroalcoolique. Or ce gel est un « produit chimique » et demande, à ce titre, des précautions de stockage particulières.

Voici quelques-une des règles de base du stockage des produits chimiques adaptées au gel hydroalcoolique :

  • Toujours stocker les produits sur rétention (en général un système de bac, ou d’armoire).
    La règle est que le volume que peut contenir le bac doit être équivalent au volume total du plus grand bidon qui y est stocké ou à la moitié du volume total de tous les bidons rassemblés dans la même cuvette (on retient le plus grand des deux volumes calculés). Par exemple, si vous stockez 200 flacons de 50 cl de gel hydroalcoolique, vous avez un volume total de 100 L, il vous faut donc un bac de rétention de 50 L de contenance.
    Pourquoi un stockage sur rétention ? Deux raisons à cela :
    ◊ Eviter une pollution de l’environnement si les produits se répandent,
    Eviter la propagation d’un incendie si les produits prennent feu (les liquides en feu qui s’écoulent accélèrent la propagation de l’incendie).

 

  • Ne jamais stocker ensemble des produits incompatibles (Un acide et une base par exemple). Dans le cas du gel hydroalcoolique, qui est classé « très inflammable » (car il contient de l’éthanol), il ne faut surtout pas le stocker à côté de produits « comburants »

 

⇐ Pictogramme présent sur tous les produits « Inflammable », dont fait partie le gel hydroalcoolique

Pictogramme  présent sur les produits ⇒ « Comburant »,  à ne pas stocker avec le gel hydroalcoolique

 

Pourquoi ? Parce que si le produit inflammable prend feu, le produit comburant va alimenter et accélérer ce feu.

  • Toujours stocker les produits à l’abri de la chaleur. C’est d’autant plus vrai pour les produits inflammables tel le gel hydroalcoolique, qui a un point éclair de l’ordre de 18°C à 25°C (le point éclair est la température minimale à laquelle un produit émet suffisamment de vapeurs pour s’enflammer au contact d’une source de chaleur : flamme…)

 

Le stockage de ces produits doit se faire de préférence à l’extérieur à l’abri des intempéries, des rayons du soleil et de toute autre source d’inflammation. A défaut, le stockage se fera dans un local bien ventilé et éloigné de toute source d’inflammation potentielle (flammes nues, surfaces chaudes, systèmes de chauffage et tous les appareils électriques et non électriques (source INRS).

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à vous reporter aux questions-réponses de l’INRS dédiées à ce sujet, ici.

 

Solange Rouquié-Rivière, Ingénieur HSE, IPRP