Pour toute démarche de prévention en entreprise, et pour la réalisation du DUERP (Document Unique d’Évaluation des Risques Professionnels), il est nécessaire de s’appuyer sur les 9 principes généraux de prévention (Article L4121-2 du Code du Travail).

Ces 9 principes ont été intégrés dans le Code du Travail en 1991, mais à ce jour peu d’entreprises les connaissent et les maîtrisent.

Dans cette série d’articles, chacun de ces 9 principes est présenté et illustré.


PRINCIPE N°3 : COMBATTRE LES RISQUES A LA SOURCE

Ce troisième principe, et les suivants, ont pour objectif de donner un ordre logique des solutions à rechercher pour supprimer ou réduire les risques.

Rappel : le risque est le résultat de l’exposition d’un salarié à un danger. Ce risque peut entraîner un accident et aboutir à un dommage (blessure du salarié).

Combattre les risques à la source, c’est intégrer la prévention le plus en amont possible, notamment dès la conception des lieux de travail, des équipements ou des modes opératoires (définition INRS).

L’idée derrière ce principe est qu’il est plus simple d’éviter un risque dès le début plutôt que d’avoir à le gérer par la suite.

Par exemple :

  • Un garage veut acheter un compresseur. Trois modèles correspondent au besoin de l’entreprise et sont techniquement comparables. Dans les spécifications techniques des appareils, l’un d’entre eux produit un niveau de bruit > 85 dB(A) alors que les deux autres produisent un niveau de bruit < 80 dB(A).
    Pour éviter une exposition au bruit de ses salariés, l’employeur choisira un des deux modèles avec le niveau de bruit le plus faible.
    ____
  • A la construction d’un nouvel entrepôt, une entreprise agroalimentaire se voit proposer par l’architecte de positionner le groupe de climatisation sous la toiture. Toute opération de maintenance aurait donc été réalisée en hauteur, avec le besoin de faire intervenir une grue pour changer des pièces, en déposant la toiture.
    Après étude des risques, le groupe de climatisation a finalement été positionné au niveau du sol à l’extérieur, supprimant le risque de travail en hauteur, et simplifiant les changements de pièce.
    ____
  • Dans un chai de vinification, les nettoyages sont fréquents et impliquent l’utilisation d’un long tuyau branché sur un point d’eau unique. Ce tuyau traverse le sol du chai, et augmente le risque de trébucher.
    A l’occasion d’une rénovation, des points d’eau supplémentaires ont été créés. Ils permettent de se brancher au plus près du lieu de nettoyage, il n’y a donc plus besoin de traverser le chai avec le tuyau ; les risques de chute sont donc limités à la source.

 

Ci-dessous une animation INRS qui illustre ce troisième principe :

⇒ Pour lire l’article sur le principe n°4, cliquer ici.
⇐ Pour lire l’article sur le principe n°2, cliquer ici.

Solange Rouquié-Rivière & Laurent Debacq Ingénieurs HSE, IPRP