Pour toute démarche de prévention en entreprise, et pour la réalisation du DUERP (Document Unique d’Évaluation des Risques Professionnels), il est nécessaire de s’appuyer sur les 9 principes généraux de prévention (Article L4121-2 du Code du Travail)

Ces 9 principes ont été intégrés dans le Code du Travail en 1991, mais à ce jour peu d’entreprises les connaissent et les maîtrisent.

Dans cette série d’articles, chacun de ces 9 principes est présenté et illustré.


PRINCIPE N°4 : ADAPTER LE TRAVAIL A L’HOMME

Rappel : le risque est le résultat de l’exposition d’un salarié à un danger. Ce risque peut entraîner un accident et aboutir à un dommage (blessure du salarié).

Adapter le travail à l’Homme, c’est tenir compte des différences interindividuelles, dans le but de réduire les effets du travail sur la santé (définition INRS).

Par exemple :

  • Dans le laboratoire de tests d’une entreprise, les paillasses (tables de travail de laboratoire) sont des modèles standards de 0,90m de haut. Cependant les salariés qui travaillent dans ce laboratoire mesurent respectivement 1,60m, 1,75m et 1,90m. Le plus petit travaille donc en levant les épaules et le plus grand travaille donc le dos courbé.
    Adapter le travail à l’homme c’est alors remplacer les paillasses fixes par des paillasses à hauteur réglable électriquement (ci-dessous deux exemples).

Table de laboratoire réglable en hauteur électriquement, avec batterie – AUPTINOV
http://www.auptinov.fr/nos-solutions/postes-de-travails-sur-mesures/

Table à hauteur variable en inox – TECHNI-CONTACT
https://www.techni-contact.com/produits/9774-165216-table-a-hauteur-variable-en-inox.html

  • Dans le service administratif d’une entreprise, une salariée qui mesurait 1,80 m est remplacée par une nouvelle collaboratrice qui mesure 1,60 m. Celle-ci utilise le siège de bureau de sa prédécesseure, qui est trop large et trop profond pour elle. Adapter le travail à l’homme c’est alors :
    • N’acheter dans l’entreprise que des sièges possédants tous les réglages (hauteur de dossier ou d’appui lombaire, profondeur d’assise, hauteur d’assise, inclinaison du dossier) de manière à ce que chacun puisse trouver le réglage qui lui correspond, et informer chaque nouvel utilisateur de ces possibilités de réglages (voir ici pour la manière de régler son siège de bureau) ;
    • OU vérifier, à chaque arrivée de nouveau collaborateur que le siège déjà présent à son poste de travail correspond à son gabarit, et si ce n’est pas le cas, le remplacer.

 

Ci-dessous une animation INRS qui illustre ce quatrième principe :

⇐ Pour lire l’article sur le principe n°3, cliquer ici.

Solange Rouquié-Rivière, Ingénieur HSE, IPRP