– L’écran facial n’est pas une alternative au masque de protection –

L’écran facial protège des projections directes (gouttelettes), mais n’offre pas de protection des voies respiratoires, car il n’arrête pas les micro-gouttelettes en suspension dans l’air ; seul un masque en permet la filtration.

L’écran facial ne peut donc pas remplacer un masque de protection respiratoire.

Il est cependant intéressant dans certaines situations de travail (hors métiers du soin où il peut être utilisé en complément d’autres équipements de protection). En effet :

« – Il permet de protéger une grande partie du visage, notamment les yeux, le nez et la bouche, simultanément des projections directes de gouttelettes et de postillons, de l’intérieur vers l’extérieur et vice et versa ;
– Il limite le risque de se toucher le visage avec les mains ;
– Il se retire sans exposer le visage au risque d’être touché par les mains ;
– Il est facile à porter de façon permanente, il n’est source d’aucune gêne pour la respiration et évite la formation de buée en cas de port d’un masque de protection respiratoire.
– Il facilite les échanges sociaux (visage visible) et la compréhension de la parole. » (source OPPBTP)

Cependant, l’utilisation de ces écrans faciaux doit se faire dans le cadre de l’évaluation des risques (Document Unique) et seulement après la mise en place de mesure organisationnelles et collectives (par exemple : étalement des horaires de prise de poste, circulation à sens unique dans les couloirs…).

Un guide de l’OPPBTP (3 pages) synthétise les avantages des écrans faciaux, les éléments à prendre en compte pour leur choix, et les consignes d’utilisations associées. Il est téléchargeable ici.

Mise à jour du 20/05 :

En complément, le Haut Conseil de la Santé Publique, dans son avis publié le 15 mai (lire ici), formule les recommandations suivantes  :

« → En population générale

  • de ne pas utiliser les visières en remplacement des masques grand public ;
  • de considérer leur emploi seulement en complément du port d’un masque grand public.

→  En milieu professionnel, hors champs sanitaire et médico-social

  • de ne pas utiliser les visières en remplacement des masques ;
  • d’indiquer l’usage de visières en complément au port du masque quand une protection
    du visage et des yeux est nécessaire (ex. pour certaines situations de contact proche et
    fréquent avec du public).

→ En milieu sanitaire et médico-social

  • de ne pas utiliser les visières en remplacement des masques chirurgicaux et FFP2 ;
  • d’indiquer l’usage de visières en complément du port d’un masque chirurgical ou FFP2
    lorsque les professionnels de santé sont exposés à un risque de projection au niveau du
    visage et des yeux (ex. acte invasif5).

Il précise également que les visières utilisées doivent répondre à certaines caractéristiques minimales :
– dimension permettant de couvrir au moins le menton et suffisamment large
latéralement pour une protection la plus efficace possible ;
– matériaux suffisamment résistants ;
– matériaux permettant un nettoyage/désinfection à l’aide d’eau et du savon ou de
lingettes imprégnées d’alcool après chaque utilisation ;
– bonne transparence du matériau.
Pour rappel, toute manipulation d’une visière doit être précédée et suivie d’une hygiène des
mains. »

Solange Rouquié-Rivière, Ingénieur HSE, IPRP

Article initialement publié le 7 mai 2020 et mis à jour le 20 mai 2020.

Liens de l’article :

https://www.preventionbtp.fr/Documentation/Explorer-par-produit/Information/Fiches/Sante-au-travail/Hygiene-Dietetique/Aide-au-choix-et-a-l-utilisation-d-un-ecran-facial
file:///C:/Users/rouquie/Downloads/hcspa20200513_corsarcovutidesvisdeprofacaucov.pdf